Partie 1-5 du 19 mars 2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Partie 1-5 du 19 mars 2017

Message par Admin le Mar 28 Mar - 18:04

Une fois franchi le passage étroit de la corniche, le groupe reprend sa progression. Le chemin s’élève à nouveau et les conduit à suivre la crête, érodée par le vent. Transis, les compagnons ne tardent pas à s’abriter pour prélever un déjeuner dans leurs nombreuses provisions. Prenant la parole sans pourtant chercher à froisser Nüg ni Chüu, Kaadi redit sa rancune à l’égard de Laoki, dans une diatribe maladroite. En verve, elle fait également part de sa hâte de découvrir le refuge des Roches Acérées, qu’on lui a tant décrit, et relate ses souvenirs concernant les membres qui leur rendaient régulièrement visite il y a vingt saisons : Faudagg, le valeureux chasseur, Hartwë, dont le calme l’impressionnait et Tavarra, si mystérieuse et inquiétante. Bien que les autres voyageurs soient plus jeunes, certains souvenirs trouvent un écho dans la mémoire de Chüu. Avant de reprendre la route, Kaadi s’enquiert de son insistance à ce qu’elle fasse partie du voyage ; Aïgo, à la belle parole, vole au secours de Chüu et formule une réponse bien évasive…
Devant une nouvelle bifurcation, le groupe opte pour un chemin qui pénètre dans une vaste grotte dont l’agencement laisse largement pénétrer la lumière du jour. Passées les réticences de Chüu, vaincues par les encouragements de Baka et Ouch, les compagnons se faufilent entre les concrétions, se hissent sur des plateformes glissantes d’humidité, contournent quelques éboulements et parviennent à sortir. Ils constatent avec satisfaction qu’ils ont évité un long détour, tout en progressant à l’abri du vent. Est-ce le contentement d’une arrivée prochaine ou la réflexion suscitée par la marche ? Chüu se tourne vers Kaadi et lui déclare sobrement son amour. Mais curieusement, celle-ci reste muette et chacun peut constater que son visage blêmit. Interrompant la gêne de ce moment, l’un d’entre eux distingue une fumée s’élevant plus loin. Il s’agit, à n’en pas douter, du campement des Roches Acérées.
Les voyageurs s’approchent d’un cirque rocheux majestueux, traversé par un petit torrent. Ils distinguent effectivement le campement, adossé à un flanc de la falaise et comptant cinq grandes huttes en dômes couvertes de peaux, ainsi que deux palissades.

A l’approche du camp, Ouch décide de se faire discret et de se tenir à l’écart. L’insistance de Baka parviendra – sans néanmoins apaiser son irritation – à le faire rejoindre le groupe, déjà entouré par les nombreux curieux de la tribu qui reconnaissent Kaadi. L’artisanat avancé (parures, travail de l’os, teintures) impressionne les nouveaux venus. Une femme borgne à la prestance remarquable les rejoint, leur souhaite la bienvenue et les invite à se délasse près du feu, dans le respect strict des coutumes d’hospitalité. Kaadi se porte en avant, remercie, et les présents sont cérémonieusement offerts à la vue de tous. Dans le silence d’usage, les visiteurs sont confortablement installés et un moment de repos leur est octroyé avant l’invitation à dîner.
Le repas, copieux, n’est troublé que par quelques murmures et les jeux des jeunes enfants. Chacun s’observe autour du feu crépitant : la surprise et la curiosité sont palpables.
Le dîner s’achève. A l’instant où Tavarra frappe des mains, une cérémonie rituelle s’engage alors : le chant d’une flûte s’élève et se mêle aux litanies récitées à l’intention du Géant Oronak. Les invités, silencieux, respectent la solennité du moment.

Vient alors le temps des palabres, qui commence par les présentations : Tavarra la Voix des Ancêtres, Hartwë le Sage, Faudagg le Chef de chasse, Bimeh, N’qénik, Ohoun, Néouk, Tylva, Leti, Ulva, …. Mais alors que les invités – en commençant par Kaadi – s’y prêtent à leur tour, Aïgo sort négligemment le collier. La réaction est fulgurante : la belle Tygra hurle en la pointant du doigt, les accusant de voleurs, de détrousseurs de cadavres !

L’ensemble du clan se rue sur le groupe. Aïgo tend rapidement le collier et chacun tente d’apaiser la situation, à l’exception de Ouch, qui se saisit de sa massue et assène un coup formidable sur Edrou, un des agresseurs de Aïgo. Celui-ci s’écroule, mais les coups continuent à pleuvoir et ont raison de Ouch, qui tombe à son tour inconscient.
L’imposant chef de chasse, rétablit fermement le calme. Tandis que le corps d’Edrou est emmené à l’écart, Aïgo hésite sur la conduite à tenir. Elle prend le parti de se plier aux attentes, en jetant des regards désolés vers son frère inanimé.
Les palabres reprennent, dans une atmosphère plus tendue encore. Ouch assomé, les présentations sont achevées et les questions fusent alors : sur les Anciens de la Rivière Norie, sur Baka, sur Laoki et bien sûr sur la raison de leur présence. De nombreuses paroles seront échangées sur Laoki et ses visites aux Roches Acérées, sur Okomë mort d’un accident récent, sur le collier enfin, qui semble bien avoir été dérobé. A de nombreuses reprises, les yeux de Chüu s’éclairent d’une lucidité singulière. Tavarra clôt enfin les échanges en annonçant pour le lendemain la décision du clan à leur égard.
Livrés à eux-mêmes, les compagnons se préoccupent de Ouch et se préparent à la nuit. Celle-ci sera troublée par un violent orage de montagne, agitant tout particulièrement le sommeil de Nüg, Chüu et Baka. A son réveil, cette dernière raconte un rêve étrange et s’interrompt pour fouiller fébrilement dans ses affaires. Ouch a repris conscience. Tous les six se dirigent vers le torrent pour une supplique réconfortante à la lointaine Rivière Noire.
La décision des Anciens tarde à se faire connaître, laissant à chacun le temps de déambuler séparément dans le campement, se heurtant le plus souvent à un mutisme certain. Quelques informations sont néanmoins obtenues et partagées : les sentiments de Laoki pour Tygra, les talents d’enchanteur de N’qénik, … Au contact des perspicaces Tavarra et Hartwë, on semble en apprendre autant sur soi-même que sur le clan. Ouch offre, en signe de repentir, sa massue enchantée à Edrou, toujours inconscient.
Peu avant le déjeuner, sous l’œil attentif de la tribu réunie, Tavarra entourée de Tygra, Leti et Ulva, annonce enfin la décision du clan : le vol du fétiche souille l’ensemble de leur tribu et a probablement provoqué une malédiction ; les Roches Acérées ne pardonneront à la Rivière Noire que si leur délégation participe à l’accomplissement sincère des gestes rituels sur la dépouille d’Okomë. Hartwë, toujours bienveillant, leur détaille en quoi consiste ces gestes à accomplir : il convient de grimper à l’Arbre des Ancêtres pour y accrocher le crâne d’Okomë, dont les restes sont actuellement exposés au Col des Morts depuis maintenant trois lunes ; Okomë ayant été Sage, il faudra également rapporter le crâne d’un ours, qui prendra place dans la Caverne des Sépultures où seront enterrés les ossements.
S’ensuit un nouveau moment de réflexion et d’échange avec les Anciens. Nüg fait don de plantes médicinales à Tavarra. Enfin, Kaadi s’engage, au nom du groupe, auprès de Tavarra.
Tout en méditant sur le bien-fondé d’affronter l’ours totémique pour la réalisation du rituel, les compagnons, guidés par l’ensemble de la tribu, prennent au début d’après-midi le chemin du Col des Morts.
La procession arrive après quelques temps dans un lieu rocailleux, à la fois grandiose et austère Tous se dirigent vers le squelette d’Okomë, aux os parfaitement nettoyés par les crocs et les éléments ; si quelques os ont été cassés – voire emportés, probablement par des hyènes, le crâne est intact. L’image de Laoki venant ici, dérober le fétiche autour du cou du cadavre, traverse les esprits. Tygra rassemble les os dans une peau, puis confie solennellement le crâne à Kaadi. Cependant, Ouch intervient pour la convaincre de laisser à Baka la charge de l’escalade périlleuse jusqu’au piton supportant l’Arbre des Ancêtres. Kaadi y consent et Baka, confiante, entame l’ascension.

L’improbable pin sylvestre mort, énorme, tordu par les vents, scintille au soleil sur sa haute corniche. Aux branches sont accrochés par des lanières de cuir au moins deux douzaines de crânes.
Baka, en s’approchant, distingue le macabre carillon des crânes anciens qui s’entrechoquent.
Peut-être une bourrasque en fut-elle responsable, à moins que ce ne soit la précipitation de Baka, ou bien encore le doute à l’égard de la trop lointaine Rivière Noire ? Toujours est-il que la jeune Baka touche pratiquement au but lorsqu’elle chute. En tombant, son regard cherche celui de ses compagnons, qui y lisent brièvement la terreur et la lucidité de ne pas crier dans la montagne où dort le géant Oronak. La chute est longue, vertigineuse. Dans un silence dramatique, Baka heurte le sol, bien loin en contrebas. Les amis se précipitent auprès du corps inanimé, disloqué. Ouch est ravagé de culpabilité. Nüg tente de la soigner, mais n’ose se prononcer sur un espoir de survie.
Tavarra récupère le crâne brisé dans la chute, le rapièce, et Tygra le tend à nouveau à Kaadi. Chüu, rempli d’appréhension comme l’ensemble du groupe, la regarde tenter à son tour l’escalade. Fort de l’observation de Baka et soutenue par l’Esprit du clan, Kaadi grimpe avec une facilité déconcertante, accroche le crâne et redescent. Sous le crâne d’Okomë, se balançant dans l’Arbre, le groupe construit alors un travois de fortune pour transporter le corps de Baka et reprendre le chemin du campement, dans le silence compatissant des membres de la tribu.
Une fois au camp, le corps de Baka soigné et installé au mieux, les compagnons s’attèlent à préparer la suite du rituel. Les avis sont partagés sur le sacrifice d’un ours : Ouch, en particulier, refuse catégoriquement d’en tuer un – et encore moins de le manger. Remettant leur décision à plus tard, le groupe s’engage néanmoins dans un pistage ; Chüu trouve deux traces distinctes : celles d’un grand ours rouge et celles d’un ours brun. L’incertitude et le désarroi sont complets.

Admin
Admin

Messages : 69
Date d'inscription : 21/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://dujeuensemble.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum