Jeudi 12 octobre 2017

Aller en bas

Jeudi 12 octobre 2017

Message par Admin le Mer 29 Nov - 11:16

Summary

Au réveil, on fait davantage connaissance. Merry reconnaît en John un ancien médaillé olympique de marche sportive. On découvre également que Lydia, chanteuse de black metal, est une célébrité locale à la notoriété grandissante. Joge et Merry, sans être célèbres paraissent chacun compétents dans leur domaine.

Le journal du matin leur apprend qu’une enquête a été ouverte sur l’accident de la highway et qu’elle soulève de nombreuses questions.

Le téléphone de l’appartement sonne. C’est Bart, qui n’arrive pas à joindre John sur son portable. Le frère de John, médecin dans un labo d’analyse, a une nouvelle surprenante à lui raconter : John a entendu parler de cet accident de voiture sur la highway ? Comme souvent, la police de SF lui a confié des échantillons de sang à analyser. « Et bien il se trouve que… » Bart pousse un cri étouffé. Un choc sourd et on raccroche.

Alors que John et le groupe imaginent le pire, le téléphone sonne à nouveau. Une voix au fort accent espagnol leur donne rendez-vous le soir au Last Ride pour s’y livrer sans faire d’histoire. S’ils veulent que Bart demeure en vie, il faudra venir seuls et sans résistance.

Il est temps de prendre les choses en mains.

Pour commencer, on décide de se rendre au laboratoire d’analyse où travaille Bart. Là-bas, un cordon de police entrave l’accès et plusieurs agents interrogent des témoins. Le groupe s’installe au bar qui fait face. Ils y apprennent que Bart a été enlevé le matin même, devant de nombreux témoins, et emmené de force dans une voiture de couleur sombre. Alors qu’un policier pénètre dans le bar pour remplir un thermos de café, le groupe ne parvient à faire garder le silence au serveur que par un geste terrorisant de Joge. Sans plus attendre, ils sortent, mais mieux vaudra ne plus remettre les pieds dans cet endroit…

On choisit alors de se séparer. Susan est envoyée glaner davantage d’informations auprès des forces de police, tandis que les sœurs envisagent de se replier dans un club de la ville où Lydia et son groupe se produisent de temps à autres. Pendant ce temps, les hommes tenteront de se fournir en armes.

Le Demon Lover est un établissement réputé. Tom, son tenancier, a Lydia à la bonne et, voyant son désarroi, lui ouvre ainsi qu’à Merry. Pour l’instant du moins, la salle au sous-sol devrait leur offrir un lieu de repos tranquille. Contre la promesse d’un concert gratuit, Tom permet même à Lydia d’emprunter sa voiture. Tandis que Lydia va acheter des batteries neuves pour les téléphones portables de chacun, Merry fait l’acquisition de deux drones du commerce, qu’elle entreprend de bricoler à sa manière.
De leur côté, les hommes se sont rendus chez un revendeur d’armes du nom Joffrey, ami de John.



Scène 7 – Intérieur jour. Le magasin d’armes de Joffrey

La porte d’entrée s’ouvre dans un tintement, laissant passer la silhouette de John, suivie en retrait de celle de Joge. Joffrey, ventripotent quadragénaire, marque un temps, puis sourit. « John ! Ça fait une paye… ». John s’avance d’un pas lent et pose les mains sur le comptoir.

Plan rapproché

« On a besoin de ton aide, Joffrey. Il nous faut des armes. ».
Le front de Joffrey se plisse et son regard passe de l’un à l’autre. « Bien sûr, c’est mon métier. Je peux voir vos I.D. ? »
Joge réprime un mouvement d’humeur. Joffrey blanchit.
« Ce n’est pas si simple… J’ai des comptes à rendre, des registres à tenir… Imagine qu’une de mes armes soit impliquée dans un crime… »
John a beau insister, l’armurier campe sur sa position et sort même ostensiblement un fusil à pompe.

Hors caméra, Joge s’est rapproché.

Tout à coup, Joge saute par-dessus le comptoir et frappe l’homme en plein visage. Celui-ci accuse le choc et recule, abasourdi. Il est trop tard pour parlementer : John tente d’imiter son compagnon, mais se réceptionne mal, s’étale de tout son long et s’assomme. Le commerçant appuie nerveusement sur un bouton dissimulé derrière le comptoir. Joge le frappe à nouveau et le met hors d’état de nuire.
L’alerte a été donnée. Le temps est compté. Joge s’affole.

Caméra première personne, qui tourne sur elle-même.

Il y a une arrière-boutique et probablement une autre entrée.
John est au sol, inconscient.
De nombreuses armes sont exposées dans des vitrines, mais sous clé.

Joge fouille les poches du commerçant et extirpe un énorme trousseau de clé. Il y en a bien trop ! Il se saisit du fusil à pompe et se précipite vers l’arrière-boutique. Une porte en métal. Elle doit donner sur la rue. Elle est fermée. Joge épaule. CLIC. Le fusil n’est pas chargé ! Retour vers le comptoir. Il fouille nerveusement les tiroirs, trouve quatre cartouches, en charge une, retourne vers la porte et fait feu. La détonation se réverbère longuement. La porte est ouverte.

Plan rapproché taille sur Joge, qui transpire à grosses gouttes.

Joge regarde fébrilement sa montre. Combien de temps avant l’arrivée des flics ? Il retourne au comptoir. Des sirènes se font entendre dans la rue. Il passe l’arme en bandoulière et saisit John en s’accroupissant, le fait glisser jusqu’à la porte. Les voitures de police se garent devant la boutique. Joge tire John vers l’extérieur : une rue piétonne déserte. John, enfin, reprend conscience et les deux hommes s’enfuient de justesse. Au bout de la rue, Joge glisse l’arme sous son imperméable. Ils se fondent dans la foule.



Summary

Les quatre compagnons d’infortune se retrouvent au sous-sol du Demon Lover.
Susan n’a rien appris d’intéressant. Les batteries rapportées par Merry permettent de rallumer leur téléphone portable. De nombreux messages clignotent sur ceux de Merry et Lydia. Les voisins de leurs parents sont inquiets : ils devaient se retrouver ce matin pour partir en pique-nique, mais leur maison est vide, ils n’ont pas laissé de message et ne sont pas joignables. Leur serait-il arrivé quelque chose ? Inquiet également, Joge passe un appel, mais personne non plus ne lui répond.
Il est 20 heures. Le rendez-vous au Last Ride est à 23 heures.


Dernière édition par Admin le Lun 11 Déc - 20:56, édité 7 fois

Admin
Admin

Messages : 146
Date d'inscription : 21/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://dujeuensemble.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeudi 12 octobre 2017

Message par Admin le Lun 11 Déc - 20:45

Summary

Il est décidé que Susan restera en lieu sûr, au Demon Lover.
La tension monte tandis que l’heure tourne. Les armes sont peu nombreuses, mais les pétards parés et les drones fonctionnels. Lydia, qui aurait apprécié le soutien de son groupe – Ennemy of Doom, ne parvient pas à les mobiliser par téléphone.
21h30. Un concert est prévu ce soir au Demon Lover et le public a commencé à arriver. De toute façon, il est préférable de rejoindre le rendez-vous avec un peu d’avance. Joge prend le volant.

Sur place, on gare la voiture de Tom à l’écart pour une reconnaissance discrète. La quasi-totalité de la casse est plongée dans l’obscurité et l’on devine seulement, à la lueur de la lune, les carcasses de voitures amoncelées. Le malaise s’installe. L’entrée seule est éclairée par un faible lampadaire ainsi que la lueur bleuâtre de l’écran de télé tremblotant dans la casemate du gardien.
Joge, Merry et John franchissent séparément le grillage vétuste et prennent position à l’intérieur, tapis dans l’obscurité. Quant à Lydia, qui n’en mène pas large, elle pénètre ostensiblement à l’heure dite par l’entrée principale, attendant les ravisseurs.



Scène 10 – Extérieur nuit. La casse The Last Ride

Des phares agressifs balaient la nuit. Dans un crissement de pneus, une Ford Mustang jaillit de la rue et franchit l’entrée de la casse, suivie d’une fourgonnette.
Un drone s’élève silencieusement.
Le conducteur de la Ford sort théâtralement du véhicule. Éblouie, les pieds dans la boue, Lydia semble désemparée face à l’homme, qui l’invective avec un fort accent mexicain. Putain, où sont les trois autres ?

Musique énergique. La caméra prend de la hauteur.

Avec la dextérité d’une longue pratique, Merry projette le drone vers le visage de l’homme, déséquilibré par la surprise. John jaillit de l’ombre, tente de le désarmer, mais l’homme est coriace. Lydia serre les poings et se précipite à son secours. On crie, des coups de feu retentissent, puis un grondement d’un moteur se fait entendre, qui couvre le brouhaha : c’est Joge qui vient de démarrer la grue à électro-aimant, assis aux commandes de l'engin. D’autres hommes sortent des véhicules. Jetant la télécommande de son drone inutile, Merry allume la mèche d’un pétard, mais celui-ci lui explose dans les mains. L’éclat attire l’attention du passager de la camionnette, debout sur le marche-pied, et une rafale de mitraillette fauche Merry, qui s’écroule. Les truands se regroupent.

C’est alors que l’aimant de la grue, dirigée par Joge, s’abat sur le toit de la Mustang, la fait basculer sur le côté, puis rouler sur deux des ravisseurs. John en frappe un à la tête, de la crosse de son pistolet. Lydia ramasse son arme et se précipite vers la camionnette délaissée. Abandonnant la grue, Joge court vers le corps de Merry, imité par John, qu’un coup de feu atteint à la jambe. Mais alors que Lydia, au volant de la camionnette, s’apprête à écraser le tireur, un nouveau portail apparaît brutalement, dans un crépitement et une odeur de souffre. Tandis que chacun se fige, un brasier s’élève du sol tout autour, léchant de ses flammes les héros comme les bandits.

C’est l’affolement. On bat des bras, on fait des sauts de cabri en s’éloignant du brasier, tandis que le malfrats pris au piège hurlent à la mort et que Merry allongée dans les flammes tente d’ignorer la souffrance. Lydia recule la camionnette. John et Joge tirent Merry à l’écart. Son état est très inquiétant. Comme Lydia s’apprête à ouvrir les portes du véhicule, les flammes et le portail disparaissent d’un coup.

La musique culmine dans un crescendo puis s’interrompt.

Un silence de mort s’abat. Puis de timides appels à l’aide s’élèvent de l’intérieur de la camionnette. Lydia ouvre les portes et dévisage cinq otages terrifiés.

Gros plans sur leur visage.



Summary

On libère Bart Thoffin, le frère médecin de John, Edouard et Marge Callaghan, les parents de Lydia et Merry, ainsi que Emmanuelle Salinas, la sœur de Joge, et Maria-Carolina Salinas, leur mère handicapée. Soulagement.

Tout en apportant les premiers soins à Merry puis John, Bart révèle que les analyses sanguines qu’il a menée pour la police sur les prélèvements de l’accident livrent une incroyable vérité : les victimes de l’accident, les héros, ont tous un parent commun à une -  maximum deux - générations !
Des explications s’imposent. Mais les sirènes de secours se font entendre dans la nuit. Il faut fuir. Lydia accompagne Merry et leurs parents à l’hôpital, tandis que les autres se rendent au laboratoire d’analyse de Bart.

Admin
Admin

Messages : 146
Date d'inscription : 21/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://dujeuensemble.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum